Central African Republic

Printer-friendly versionPrinter-friendly version

Introduction de l’ATPC en CAR
L’approche ATPC a été introduite en République Centrafricaine (RCA) en Octobre 2010, Lors d’un premier atelier national  organisé en Octobre 2010 par la Direction Générale de l’Hydraulique (DGH) du Ministère de l’Energie et de l’Hydraulique, financé et appuyé par UNICEF. Ce premier atelier fut suivi par deux autres ateliers nationaux de formation de formateurs en ATPC en Mai 2011 et mai 2015 appuyé par UNICEF. Près d’une centaine de participants ont assisté à ces ateliers et ont par la même occasion déclenchés 21 villages de la commune de Boali dits « villages pilotes ».

Les  Jalons
En Mai 2012, la DGH a entamé une consultation avec les institutions et organisations œuvrant dans le domaine de l’assainissement en RCA avec pour objectif le développement et la mise en œuvre d’un cadre national pour la coordination des projets ATPC. D’autres agences gouvernementales telles que l’Agence Nationale pour l’Eau et l’Assainissement en milieu rural (ANEA), des agences intergouvernementales telles que l’Agence Intergouvernementale pour l’Eau et l’Assainissement en Afrique (EAA – anciennement CREPA), des ONG locales et internationales ainsi qu’UNICEF ont également participé aux discussions.
En mai 2015, après les conflits militaro politiques qui ont entrainé un changement d’institutions, et la relance des activités d’ATPC, on note une volonté manifeste de la DGH de faire signer l’arrête de nomination du comité national d’ATPC qui aura pour mission de coordonner, assurer le passage à l’échelle et  la mise en œuvre de la  stratégie.

Les réussites
En Septembre 2011, 6 des 11 villages pilotes (Population totale 1,286) ont été certifiés village « FéDAL ».
En Mai 2012, sur 160 villages déclenchés, 26 villages ont atteint le statut FéDAL, dont 20 villages (Population total supérieure à 7,000) sont officiellement certifiés FéDAL par le gouvernement. Bien qu’encourageant, les résultats sur les 11 villages pilotes se sont avérés assez lents au départ. Cependant, les projets plus récents ont progressé beaucoup plus vite, ceci dû à une amélioration dans le suivi des villages et la formation des facilitateurs. Les années 2013 et 2014 par rapport aux évènements militaro politiques les interventions d’urgences n’ont pas permis la mise en œuvre de l’ATPC. En mai 2015, 4 nouveaux villages Pilotes (population totale 1, 021) déclenchés lors d’un atelier de formation des formateurs sont en attente de certification de l’état FéDAL. Juillet 2015, l’Unicef fourni un appui technique aux partenaires OXFAM et ACF dans la formation ATPC.

Situation actuelle
Aout 2015, l’UNICEF signe un partenariat avec trois ONG locales pour la mise en œuvre de l’ATPC dans 193 villages, (population totale 139 ,018) dans l’Ombella M’poko et la Lobaye.

Défis
Lenteur dans la mise en place du cadre national pour la coordination des projets ATPC, le passage à l’échelle. L’insécurité entrainant l’inaccessibilité dans certaines zones.

Introduction of CLTS in the Central African Republic

The CLTS approach was introduced in the Central African Republic (CAR) in October 2010 with a national workshop organized by the General Directorate of Water (DGH) of the Ministry of Energy and Water, and funded and supported by UNICEF. This first workshop was followed by two other national training of trainers workshops in May 2011 and May 2015, also supported by UNICEF. Nearly one hundred participants attended these workshops and at the same time triggered 21 villages of the town of Boali called "pilot villages".

Milestones

In May 2012, the DGH began a consultation with institutions and organizations working in the field of sanitation in CAR with the goal of developing and implementing a national framework for the coordination of CLTS projects. Other government agencies such as the National Agency for Water and Rural Sanitation (ASNA), intergovernmental agencies such as the Intergovernmental Agency for Water and Sanitation in Africa (EAA - formerly CREPA ), local and international NGOs as well as UNICEF also participated in the discussions. In May 2015, after the political and military conflicts which resulted in a change of institutions, and the subsequent revival of CLTS activities, there is a clear willingness of the DGH to sign off the appointment of a national CLTS committee which will coordinate, ensure scalability and implementation of the strategy.

Successes

In September 2011, 6 of the 11 pilot villages (total population 1,286) were certified ODF. In May 2012, out of 160 triggered villages, 26 villages attained ODF status. Of these, 20 villages (total population greater than 7,000) were officially certified ODF by the government. Although encouraging, the progress of the 11 pilot villages has proved rather slow. However, more recent projects have progressed much faster, due to an improvement in the monitoring of villages and training of facilitators. The political events and the emergency military interventions in 2013 and 2014 did not allow for the implementation of CLTS. In May 2015, four new villages (population 1,021) were triggered during a training of trainers workshop. They are ODF, with certification pending. In July 2015, UNICEF provided technical support to OXFAM  and ACF (Action contre la Faim) with a CLTS training.

Current Situation

In August 2015, UNICEF signed a partnership with three local NGOs for the implementation of CLTS in 193 villages (total population 139,018) in Lobaye and Ombella M'poko.

Challenges

  • Slow implementation of the national framework for the coordination of CLTS projects
  • Scaling up
  • Insecurity causing inaccessibility in certain areas

(September 2015)

 

Topics: