Cameroon

Printer-friendly versionPrinter-friendly version

Comme dans de nombreux pays a travers le monde, une frange importante de la population du Cameroun pratique la défécation a l’air libre. Le concept Assainissement Total Piloté par la Communauté (ATPC) a été lancé au Cameroun en mars 2009 dans la région de l’Est lors du tout premier  atelier national de formation des formateurs présidé par le Ministre de l’Energie et de l’Eau en charge également des questions d’assainissement liquide.

ATPC: de la phase pilote a nos jours
En 2009, Au début de la mise en œuvre, une trentaine de villages de la Région de l’Est a été ciblé. Le Gouvernement soucieux du bien-être de ses populations avec l’appui financier de l’Unicef a étendu les activités de l’approche dans les zones d’intervention du Programme de Coopération Cameroun- Unicef (Régions de l’Est, Adamaoua, Nord et Extrême-Nord).
En 2010, L’ATPC a été retenu et inscrit dans le Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi (DSCE) adopté par le Gouvernement comme approche pour l’atteinte des objectifs nationaux en matière d’assainissement. Suivant les orientations gouvernementales, de nombreux acteurs clés ont également adopte l’ATPC comme approche d’intervention pour l’amélioration des questions d’assainissement de base.

En 2011, l’intérêt manifesté par les autres Partenaires au Développement quant à la promotion de cette approche et le désir d’un passage à  échelle ont  amené le MINEE et le MINSANTE avec l’appui de l’UNICEF à évaluer  et documenter la mise en œuvre de l’ATPC au Cameroun afin de tirer les enseignements  pouvant servir  à mieux cadrer le passage à échelle de l’ATPC tel qu’envisagé par le Gouvernement dans le DSCE.  L’importance de l’ATPC a également été exprimée dans différents document du secteur : stratégie nationale d’assainissement liquide (Aout 2011) et la stratégie Nationale d’assainissement en milieu rural (2014). Pendant cette période également des documents d’orientation tels les critères de déclenchement et d’évaluation de l’ATPC ont été définis et des manuels élaborés (Technique simple de traitement de l’eau à domicile, Hygiène en milieu familial, scolaire et communautaire).

En 2015, le Ministère de l’Eau et de l’Energie avec l’appui de l’UNICEF en entamé le processus d’harmonisation de la mise en œuvre de l’ATPC. A cet effet, une stratégie nationale d’Assainissement Totale Pilotée par la Communauté a été élaborée et accompagnée d’un guide pour sa mise en œuvre. Cette stratégie s’appuie sur les leçons tirées, les difficultés rencontrées et les enjeux dans la mise en œuvre de l’ATPC depuis son lancement en 2009. Elle intègre également les nouvelles thématiques telle l’hygiène menstruelle et la malnutrition. Cette nouvelle stratégie prend en compte les aspects tels le suivi post FDAL, l’implication des communes.

Les principaux acteurs

Au Cameroun, les acteurs clés sont :

  • Le Ministère de l’Eau et de l’Energie.
  • Le Ministère de la Santé Publique ;
  • Le Ministère de la communication
  • Les ONG Internationales: Plan International, SNV, Première Urgence Internationale, ADRA, International Medical Corps
  • Les ONG Nationales : Mutcare, ACEEN, Codas Caritas, ASOL

ATPC comme approche integrée des interventions WASH à base communautaire
Pendant l’épidémie de choléra qui a sévi en 2010, l’ATPC a été retenue parmi les actions urgentes à mettre en œuvre dans les régions du Nord et de l’Extrême-Nord. A ce jour, la lutte contre le choléra fait partie intégrante de la mise en œuvre de l’ATPC au travers des sensibilisations et renforcement de capacités des communautés sur cette thématique. A la faveur de cette épidémie, la disponibilité des laves mains dans les ménages fait désormais partie des critères d’évaluation du statut FDAL des villages.
De nos jours la mise en œuvre de l’ATPC intègre les questions autour du traitement, conservation et transport de l’eau, hygiène menstruelle et environnementale, l’hygiène des mains lutte contre le choléra, malnutrition, hygiène menstruelle.

De 2009 à 2015, c’est plus de 1400 villages qui ont déjà bénéficié de cette approche d’intervention. En moyenne 70% des villages atteignent le statut FDAL. 
 

Enjeux
Les enjeux liés à la mise en œuvre de l’ATPC au Cameroun demeurent :

  • L’atteinte des ODD
  • L’atteinte des objectifs de l’assainissement  inscrits dans le DSCE
  • La contribution à la Réduction de la morbidité infantile
  • La Réduction des risques d’épidémies et maladies du péril fécal
  • La contribution à la lutte/prévention contre la malnutrition

(Août 2016)

CLTS in Cameroon

As in many countries around the world, a significant proportion of the population of Cameroon practice open defecation. The concept of CLTS was launched in Cameroon in March 2009 in the Eastern Region at the first national training workshop for trainers chaired by the Minister of Energy and Water who is also responsible for sewerage issues.

CLTS: the pilot phase to now
In 2009, implementation began with a pilot in thirty villages in the Eastern Region. Concerned with the welfare of its people, the Government with the financial support of UNICEF has expanded the activities of the approach to the areas of intervention of the Cameroon-UNICEF Cooperation Programme (Eastern Regions, Adamawa, North and Far North).
In 2010, CLTS was included in the Strategic Document for Growth and Employment (ECSD) adopted by the Government as an approach to achieving national targets for sanitation. Following the government guidelines, many key players have also adopted the CLTS approach as an intervention for the improvement of basic sanitation issues.
In 2011, the interest shown by other development partners in promoting this approach and the desire for scaling up led the Ministry of Water and Energy and the Ministry of Health, supported by UNICEF, to assess and document the implementation of CLTS in Cameroon in order to draw lessons that can be used to better scale up CLTS as envisaged in the ECSD. The importance of CLTS has also been expressed in various sector documents: the National Sewerage Strategy (August 2011) and the National Strategy for Rural Sanitation (2014). During this period, guides for CLTS triggering and evaluation and manuals (eg simple technique of water treatment at home, hygiene in the family, school and community setting) were developed.

In 2015, the Ministry of Water and Energy, with support from UNICEF, started the process of harmonization of the implementation of CLTS. To this end, a National CLTS Strategy was developed as well as a guide for its implementation. This strategy is based on lessons learned, challenges and issues in the implementation of CLTS since its launch in 2009. It also includes new themes such as menstrual hygiene and malnutrition. This new strategy takes into account aspects such as post-ODF monitoring and the involvement of municipalities.

Key players

In Cameroon, the main actors are:

  • The Ministry of Water and Energy.
  • The Ministry of Public Health;
  • The Ministry of Communication
  • INGOs: Plan International, SNV, Première Urgence Internationale, ADRA, International Medical Corps
  • National NGOs: MUTCARE, CSCTA, Codas Caritas ASOL

CLTS as an integrated approach to community-based WASH
During the cholera epidemic that occurred in 2010, CLTS was selected among the urgent actions to be implemented in the North and Far North. To date, the fight against cholera is integral to the implementation of CLTS through sensitization and capacity building of the communities on this topic. Taking advantage of this epidemic, availability of handwashing facilities in households is now part of the ODF evaluation criteria.

Nowadays, the implementation of CLTS includes issues around the treatment, storage and transportation of water, menstrual and environmental hygiene, handwashing, the fight against cholera, and malnutrition. From 2009 to 2015 more than 1400 villages have already benefited from this intervention. On average 70% of villages reach ODF.
 

Issues

  • Issues related to the implementation of CLTS in Cameroon remain:
  • Achieving ODF
  • Achieving the sanitation targets in the ECSD
  • Contribution to the reduction of infant morbidity
  • Reduced risk of epidemics and diseases of fecal peril
  • Contribution to the fight / prevention of malnutrition

(August 2016)